Congo-union Forum Index
 FAQ    Search    Memberlist    Usergroups   Register   Profile    Log in to check your private messages    Log in 

kengo propose une majorité parlementaire

 
Post new topic   Reply to topic    Congo-union Forum Index -> Congo-union -> Actualité et medias
Previous topic :: Next topic  
Author Message
congo-union
Administrateur

Offline

Joined: 01 Mar 2009
Posts: 44
Localisation: BELGIQUE
Masculin Cancer (21juin-23juil)
10: 42
15: 0.95

PostPosted: Fri 23 Mar 2012 - 01:05    Post subject: kengo propose une majorité parlementaire Reply with quote

Consultations politiques : Kengo propose une majorité parlementaire
(Le Potentiel 22/03/2012)

L’Union des forces du changement, UFC, a certainement franchi le Rubicon. Il a, peut-être, dit tout haut ce qui se disait tout bas, ou de façon subtile, en suggérant la mise en place d’une «Nouvelle majorité». Un schéma politique qui promet de bouleverser l’ordre politique issu des élections du 28 novembre proclamées par la CENI. Le débat politique est relancé.

On sentait venir le «coup». Mais personne ne pouvait s’imaginer qu’il allait être balancé sitôt. Aujourd’hui, il faut prendre la chose au sérieux et l’analyser attentivement.

Au fait, la nomination d’un informateur pour «identifier» la majorité parlementaire sortait un peu de l’ordinaire au regard de ce paysage politique offert par la CENI. Il s’était déjà dégagé une «majorité» et l’on n’attendait plus qu’elle soit confirmée. Cependant, de graves irrégularités qui avaient entaché les élections, les contestations qui se s’en sont suivies, ont certainement contribué à la prise de décision du président de la République de désigner un «Informateur» pour dégager une «majorité parlementaire ».

Il est vrai aussi qu’au niveau des contentieux électoraux, ce sont plus des candidats de la majorité présidentielle qui ont introduit des recours contre leurs collègues que des candidats de l’Opposition. Ce qui donne une mauvaise lecture des faits au sein de cette famille politique. Une situation qui n’a pas du tout échappé à l’attention du président de la République.

En d’autres termes, les résultats des élections publiés par la CENI ne reflétaient pas la vérité des urnes et qu’une crise politique s’affirmait chaque jour davantage, annonçant ainsi des journées tumultueuses qui ne favoriseraient pas du tout une bonne gouvernance. D’où, la nomination d’un Informateur confirmait, si besoin en est encore, l’existence d’une «majorité virtuelle, fabriquée» en qui le président de la République ne faisait pas du tout confiance. Il fallait remédier à cette défaillance, corriger d’une façon ou d’une autre les insuffisances de la CENI dans la perspective d’assainir l’environnement politique pour éviter des dérapages significatifs, demeurant ainsi dans la logique de son discours d’investiture du 20 décembre 2011. On ne peut interpréter autrement cette nomination de l’Informateur.

LE CHOC DES IDEES, LE CHOC DES MOTS

Ceci dit, il fallait s’attendre à une multitude des propositions autour des consultations initiées par l’Informateur. Les divergences profondes relevées dans notre dernière livraison reflètent exactement cette dynamique qui caractérise ce genre de consultations marquées par le choc des idées, le choc des mots, le choc des schémas politiques. Sur ce point précis, l’Union des forces du changement, UFC, par la bouche de son président national, Léon Kengo wa Dondo, a bousculé certaines habitudes. Il a dit tout haut ce qui se disait bas en insistant sur la «Nouvelle majorité» à dégager pour susciter un consensus afin de préserver les intérêts supérieurs de la Nation.

Il est vrai que cette proposition ne plaît pas à tout le monde. Surtout qu’elle est susceptible de bouleverser l’Ordre politique issu des élections du 28 novembre 2011. C’est d’un.

De deux. Un consensus n’a jamais été un principe démocratique. Il fragilise souvent les institutions de la République. Mais cette proposition a le mérite de confirmer qu’il existe bel et bien une «crise politique» et qu’il faille absolument la résoudre dans les meilleurs délais, sans faux-fuyants ni subterfuges.

Puisqu’il y a des innovations avec cette acceptation des membres de l’Opposition au sein du Bureau définitif de l’Assemblée nationale en vue de «diriger ensemble», et qu’ensuite des voix s’accordent pour un «gouvernement d’union nationale, de cohésion nationale, d’ouverture» (c’est selon), en prévision d’une gestion inclusive, pourquoi ne pas identifier au préalable une «Nouvelle majorité» ?

La démarche devrait être comprise dans ce sens, loin de toute hypocrisie politique.

LA NATURE DE CETTE MAJORITE

Evidemment, la question fondamentale est celle de connaître la nature de cette «Nouvelle majorité». Politique ?

Parlementaire ? Présidentielle ? Dans la première hypothèse, cela suppose la convocation d’un «Dialogue» qui regrouperait les «forces vives de la Nation», sanctionné par un accord inclusif.

Sur ce point, les avis sont partagés. La majorité présidentielle, jusque-là, s’en tient aux résultats du 28 novembre 2011 et refuse d’évoquer un quelconque «partage».

Dans la deuxième hypothèse, cela suppose que de part et d’autre de deux camps politiques, il y a eu départ et nouvelle adhésion. Ce serait le travail attendu de l’Informateur de constater et d’identifier cette majorité. Dans le troisième cas, il faut s’attendre à un ralliement massif derrière le président de la République, jusque-là «candidat indépendant» aux dernières élections présidentielles. Aussi, une remise en cause de la réalité politique issue des élections du 28 novembre serait inévitable. Une tendance à disposer d’une Assemblée nationale monolithique pointe à l’horizon, quoique diversifiée. Cette dernière hypothèse sous-entend la signature d’un pacte, des accords secrets qui doivent être respectés pendant toute cette législature par des parties signataires.

Comme on peut l’imaginer, le débat s’annonce intéressant, fertile en rebondissements. Il pourrait même déboucher sur des amendements constitutionnels. En effet, la constitution de cette «Nouvelle Majorité» n’est pas, jusqu’ici, constitutionnelle, au regard des résultats électoraux du 28 novembre 2011. Il importe de commencer par casser cette majorité virtuelle actuelle pour permettre au chef de l’Etat de désigner un Premier ministre issu de la «Majorité parlementaire», nouvelle formule.

Dans ce cas, obligation est d’imprimer au préalable un cachet politique en reconnaissant officiellement qu’il y a crise politique et qu’elle vient d’être gérée, dégageant ainsi des pistes de solution qui aboutiraient justement à identifier facilement cette «Nouvelle majorité ». Puisqu’il y va de l’intérêt supérieur de la Nation, il y a lieu de mûrir sereinement ce «schéma politique», bien que bouleversant.


Par Le Potentiel
_________________


Back to top
MSN
Publicité






PostPosted: Fri 23 Mar 2012 - 01:05    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Congo-union Forum Index -> Congo-union -> Actualité et medias All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation

Powered by phpBB © 2001, 2020 phpBB Group

XeonStyle phpBB theme/template by DaTutorials.com
Copyright © DaTutorials 2005